Coup de théâtre : les plus belles salles de théâtre classiques à Bruxelles

Théâtre Royal des Galeries

Sièges et rideaux en velours rouge, balcons baroques, stucs monumentaux, peintures murales et plafonds ornés... Il n'y a pas qu'à l'opéra de La Monnaie que vous pouvez vous immerger dans la splendeur classique des arts du spectacle. Nous avons sélectionné quelques lieux qui vous transporteront dans des temps révolus. Du théâtre baroque à l'italienne au théâtre populaire du XVIIe siècle, laissez libre cours à votre imagination avec notre florilège de théâtres historiques !

Théâtre des Martyrs

Theatre des Martyrs

Le Théâtre des Martyrs redonne vie à la monumentale Place des Martyrs qui  risquait d'être avalée par les institutions politiques. S’y rendre, c’est déjà aller de surprises en surprises ! On découvre une oasis néoclassique du XVIIIe siècle cachée derrière une des rues commerçantes les plus fréquentées de Bruxelles. L'élégante symétrie des façades blanches qui l’entoure rappelle la blanchisserie où les draps étaient séchés ("Place de la Blanchisserie"). Le numéro 22 abrite un théâtre moderne avec un auditorium extensible de 366 places, un petit studio et un café. L'accent est mis sur le théâtre de texte classique et moderne en langue française, avec des incursions occasionnelles dans le théâtre dansé, la poésie et le conte musical.

Le saviez-vous ? 466 révolutionnaires ayant combattu pour l'indépendance de la Belgique sont enterrés sur la Place des Martyrs. Une révolte qui a commencé au Théâtre de La Monnaie, un peu plus loin !

Le KVS

KVS Foyer

Le KVS est apparu au milieu du XIXe siècle comme un phare du théâtre néerlandophone à Bruxelles. Après une période de nomadisme le KVS s’est installée dans l'ancien arsenal de la rue de Laeken, transformé en salle de théâtre. L'architecte Jean Baes a conçu un système d'évacuation magistral avec des balcons extérieurs, qui, aujourd'hui encore, confère au théâtre son aspect unique. L'ensemble du bâtiment est un bel exemple de néo-Renaissance flamande, combinée avec des nouveaux matériaux (fer) et des éléments Art nouveau. Le bâtiment d'origine (le "bol") a été étendu pour inclure le « top » sous le toit en verre et le "box", le nouveau bâtiment érigé sur le Quai aux Pierres de Taille. Le KVS resserre résolument ses liens avec la ville grâce à un fonctionnement diversifié en termes de genre, intergénérationnel et interculturel. Vous pourrez y assister à des représentations théâtrales (inter)nationales innovantes, mais également à des spectacles de danse, des événements littéraires et des résidences artistiques. Après une représentation, ne manquez pas de vous attarder dans le foyer monumental et historique !

Le saviez-vous ? Lors de l'inauguration officielle du théâtre en 1887, le roi Léopold II s'est adressé en néerlandais au bourgmestre Buls. C'était la première fois qu'un membre de la famille royale s'exprimait en néerlandais lors d'une sortie publique !

Théâtre Royal des Galeries

Théâtre Royal des Galeries

En 1847, le Théâtre Royal des Galeries a été inclus dans l'ambitieux projet des Galeries Royales Saint-Hubert. Le choix d'une architecture inspirée de la Renaissance italienne était plutôt inhabituel car le néoclassicisme prédominait alors à Bruxelles. Le lieu est resté fidèle à son image de théâtre de divertissement et est connu pour sa traditionnelle revue de fin d'année. Beaucoup de velours rouge et d'ornements dorés dans le décor et des pièces principalement francophones à l'affiche. Avec des classiques (comme Feydeau, Molière, Sacha Guitry) et des auteurs francophones contemporains (les Belges Eric-Emmanuel Schmitt et Anne-Marie Etienne, par exemple). Mais également des interprétations françaises de classiques internationaux (Shakespeare, Pirandello, Agatha Christie) avec un grand souci de modernisation.

Le saviez-vous ? Lors de la rénovation du théâtre en 1951, Magritte a peint un ciel nuageux sur le plafond de l'auditorium. Par contre on lui a gentiment demandé de ne pas inclure ses grelots typiques, qui étaient considérés comme "trop obscurs"...

Théâtre Royal de Toone

Théâtre Royal de Toone

Ici, pas de dames et de messieurs élégants qui scrutent les étoiles sur scène (ou qui s'épient) avec leurs jumelles en laiton joliment décorées. Il s'agit du dernier théâtre populaire bruxellois de ce type. Imaginez un ancien grenier (de 1696 !), avec des coussins colorés sur les bancs en bois. Ne considérez pas le théâtre de marionnettes comme un divertissement enfantin. Il s'agit de théâtre pour adultes, basé sur des classiques comme "Cyrano de Bergerac" d'Edmond Rostand, "Les Trois Mousquetaires" d'Alexandre Dumas ou "Tijl Uilenspiegel" de Charles De Coster. "Toone" est le marionnettiste qui joue tous les personnages, et il est toujours intronisé par le Toone précédent. Six marionnettistes l'accompagnent pour articuler les "polichinelles". Ne manquez pas d'assister à un spectacle dans le "Vloms" de Bruxelles !

Le saviez-vous ? Les polichinelles remontent à l'époque où l'impopulaire Philippe II d'Espagne a ordonné la fermeture des théâtres. Il voulait endiguer ces foyers de résistance. Les Bruxellois débrouillards ont alors simplement remplacé les acteurs par des marionnettes !

Théâtre Royal du Parc

Théâtre Royal du Parc

Le Théâtre Royal du Parc est sans nul doute le plus ancien théâtre de Bruxelles. Le théâtre a été construit en 1782, en bordure du parc de Bruxelles (en comparaison, le théâtre de la Monnaie date de 1819 !). Il était considéré comme un complément du Vaux-Hall, complexe de divertissement situé sur le même site. Le théâtre a connu une histoire mouvementée, avec des occupants successifs et des utilisations diverses. Il a ainsi servi d'annexe à la Monnaie, de cirque et même de scène pour le dressage de chevaux avant de devenir le plus important théâtre francophone de Bruxelles au XIXe siècle. Il propose une programmation qui alterne créations classiques et contemporaines belges (francophones) et adaptations de pièces étrangères. L'affiche atteste d'une nette préférence pour la comédie, avec une place pour les productions d'invités et les coproductions.

Le saviez-vous ? Pendant la Première Guerre mondiale, le Théâtre Royal du Parc a été réquisitionné par les Allemands. Seuls les spectacles allemands étaient autorisés à l'époque !

Beursschouwburg

Beursschouwburg

De style éclectique et daté de 1885, le bâtiment qui abrite le Beursschouwburg, a subi de nombreuses transformations. Magasin, salle des fêtes et café à ses origines, il est devenu le centre d'art multidisciplinaire et novateur que nous connaissons aujourd'hui. Le majestueux foyer blanc et le hall rouge nous renvoient à une époque passée. En 1946, il a été transformé en Théâtre de la Bourse, avec un auditorium à l'italienne au premier étage. Dans les années 1960, le besoin d'un réseau culturel flamand dans la capitale s'est fait ressentir et a donné naissance au Beursschouwburg, une scène flamande au cœur de Bruxelles. L'institution est alors devenue la pionnière de nombreuses initiatives légendaires : le Mallemunt, le Rockrally et le Kunstenfestival, pour n'en citer que quelques-unes. Son fonctionnement est indissociable de la réalité métropolitaine bruxelloise et mise sur tous les Bruxellois.

 

Le saviez-vous ? La programmatrice des spectacles pour la jeunesse au Beursschouwburg a ensuite fondé le théâtre pour la jeunesse BRONKS !